Les gougounes

CENDRINE CONSEILS

7/22/2022

Il me restait une moitié de jardin (en pots) à arroser quand mon pied gauche a décidé de valser d'un bord et l'autre en descendant l'escalier. Ouch!        Le pied droit a alors cru bon compenser pour le mal fait à son coéquipier et il a décidé de tout prendre "sur ses épaules". Résultat? Fracture de la malléole externe droite. Bref, un p'tit six semaines à ne pas mettre de poids sur le pied et à porter une attelle. Parfait timing pour une jardinière...

Quand j'ai dit qu'il me restait une moitié de jardin à arroser, c'était la vérité. Mais il me restait aussi l'engrais à mettre dans tous les pots (près de 100) et les tuteurs à installer pour supporter les plus gros plants. J'avais déjà prévu faire le tour de mes filets d'isolation le lendemain. Tous ces beaux plans tombés à l'eau en une nanoseconde (ou presque).

Cette mésaventure m'a mise face à un défaut dont j'ignorais encore l'existence chez moi : la difficulté à déléguer. Il y avait tellement de travail à faire au jardin les semaines subséquentes à cette chute, et je devais laisser les autres faire ces tâches. Arroser au besoin, fertiliser, enlever les mauvaises herbes, vérifier les maladies sur les plants, traiter les *@!# de scarabées japonais, faire un bilan hebdomadaire de l'évolution des plants, prendre des photos et, surtout, s'occuper des branches que j'avais isolées pour conserver les semences. Cette dernière étape délicate, je vais m'en occuper dans les jours qui viennent, un petit plaisir que je me garde (et un job assez long à faire; mettre un fil sur chaque fruit qui a été isolé, des centaines de fruits donc des centaines de fils à couper et poser, en plus des notes à prendre pour faire un suivi serré sur le nombre de fruits par plant qui ont été isolés). 

Morale de l'histoire? Pour s'occuper de votre jardin, laissez vos gougounes au placard et chaussez-vous bien!